Uhuru Kenyatta

Raila Odinga, contre toute attente, a refusé d'affronter Uhuru Kenyatta au deuxième tour de la présidentielle kényane. Ce dernier a, finalement, obtenu 98,26% des suffrages. Mais, les opposants au vainqueur ne baissent pas les bras. Si Raila Odinga veut lancer une campagne de boycottage économique contre les sociétés proches du pouvoir, les activistes et ONG proches de l'opposition ont, quant à eux, déposé deux recours pour faire annuler la victoire du président sortant, Uhuru Kenyatta, auprès de la Cour suprême.

L'Afrique fait un mémorable bond en arrière, avec des scores à la soviétique de certains chefs d'Etat, comme au parti unique. Une performance que réfute même le président russe, le camarade, Vladimir Poutine, qui n'aime pas des victoires proches de 100%. Candidat unique à sa succession, après le retrait de l'opposant, Raila Odinga, Uhuru Kenyatta s'est tapé un score de 98,26%. Il fait à peine moins bien qu'un autre expert en la matière, le Rwandais, Paul Kagame, qui s'était octroyé 98,79% en août, après avoir pris soin de mettre tous ses rivaux en prison.

Le président de la Commission électorale kényane, Wafula Chebukati, a émis, ce mercredi, 18 octobre, de forts doutes sur sa capacité à organiser une élection présidentielle crédible le 26 octobre et dénoncé les "interférences" de la classe politique. Raila Odinga, lui, a, déjà, jeté l'éponge tandis qu'Uhuru Kenyatta est, toujours, dans la course. Odinga appelle à des manifestations dont la plus grande aura lieu le jour de la présidentielle, le 26 octobre. De son côté, le président de la Commission électorale souhaite s'entretenir à trois, avec les deux candidats avant le 26 octobre, mais personne ne l'écoute. Les troubles dans le pays semblent inévitables après le 26 octobre.

Le langage du président sortant, Uhuru Kenyatta, n'a plus rien à voir avec le discours, enrobé, du chef d'Etat en exercice, qu'on lui connaissait. Au regard de la façon dont tournent, maintenant, les événements, il commence à s'exprimer comme un opposant au pouvoir, comme s'il avait perdu la maîtrise de ses sens. C'est une attitude bizarre qui en étonne plus d'un dans son propre camp où, généralement, il est considéré comme quelqu'un de très bien élevé comme tout fils d'ancien chef d'Etat, qui a appris les bonnes manières depuis sa tendre enfance. Mais, en accusant la Cour suprême d'avoir fomenté un « coup d'état » parce que son arrêt ne lui est pas favorable, quelques jours après que le président de cette Cour eut demandé à sa banque de retourner à son envoyeur, les 5 millions de dollars qui avaient, mystérieusement, atterri sur son compte bancaire, Uhuru Kenyatta ne fait-il pas montrer de perdre son self-control ?

La Cour suprême du Kenya a blâmé (il n'y a pas un autre mot), mercredi, 20 septembre, la Commission électorale (IEBC) pour sa gestion calamiteuse de l'élection présidentielle invalidée du 8 août, lui reprochant d'avoir proclamé les résultats sur la base de documents parfois "douteux" et de ne pas avoir permis l'accès à ses serveurs informatiques. Pour la Cour, l'IEBC serait truffée d'agents anti-Raila Odinga avec pour mission de faire gagner, par tous les moyens, le président sortant. Du coup, la demande de Raila Odinga d'opérer un changement profond au sein de l'IEBC avant de retourner aux urnes, prend un sens. La date du 17 octobre est-elle tenable ?

Le président kényan, Uhuru Kenyatta, a, officiellement, ouvert, mardi, 12 septembre, la nouvelle législature, en s'exprimant devant le Parlement issu des élections du 8 août, en l'absence de l'opposition, qui a boycotté la séance après l'invalidation, par la justice, du scrutin présidentiel. Uhuru Kenyatta n'a pas le cœur net. Il est envahi par la peur de perdre l'élection présidentielle dont l'issue défavorable entraînerait, par la suite, l'annulation des élections législatives. Un malheur ne venant, jamais, seul, il est, actuellement, soupçonné d'avoir voulu corrompre le président de la Cour suprême,David Maraga, en faisant mettre la somme de 5 millions de dollars sur son compte bancaire.

Il n'y a que Dieu, le maître de l'univers que craint le président de la Cour suprême du Kenya, David Maraga. Partant de cette crainte (absolue) de Dieu, il respecte, rigoureusement, la loi et l'applique de la façon la plus implacable, quel qu'en soit le coût. C'est sa façon de servir Dieu, le respect strict de sa sainte parole. C'est cette force intérieure qui l'a poussé, lui et ses collègues, à trancher en faveur de l'opposition qui demandait l'impossible : l'annulation de l'élection présidentielle. C'est dire qu'aux yeux du président de la Cour suprême, le président, Uhuru Kenyatta, n'a guère plus de poids que le vendeur à la sauvette du marché central de Nairobi. Les deux sont égaux devant la loi. Cela s'appelle, l'indépendance de l'institution judiciaire.

On dira ce qu'on veut, mais, les pays africains anglophones sont en nette avance sur les pays francophones en ce qui concerne la démocratie électorale. En Afrique francophone, en effet, il n'existe pas d'équivalent du Ghana, du Nigeria, du Liberia, de la Tanzanie, de l'Afrique du Sud, et maintenant, du Kenya, qui, jusqu'à cette décision de la Cour suprême, n'était pas considéré comme un bon élève de la démocratie. Le Sénégal qui faisait figure d'exemple, en Afrique francophone, a connu un réel recul démocratique, lors des élections législatives de juillet dernier. Du coup, de sérieux doutes commencent à planer sur la présidentielle de 2019 à laquelle le président, Macky Sall, est, déjà, candidat. Le Sénégal devenu un pays, démocratiquement, peu sûr, il ne reste plus que le Bénin, le fameux « quartier latin » de l'Afrique francophone qui fait office de pionnier en la matière. 67 ans après les indépendances, c'est tout, simplement, désespérant que les pays africains francophones continuent d'avancer en reculant sur le plan démocratique.

L'opposant kényan, Raila Odinga, a rejeté, en bloc, mercredi, 9 août, les résultats provisoires d'une élection présidentielle manipulée, selon lui, par piratage informatique, le sortant, Uhuru Kenyatta, étant crédité d'une confortable avance sur fond de tension, de plus en plus, palpable dans des bastions de l'opposition.

C'est un petit nettoyage en règle auquel se livre le chef de l'Etat, Uhuru Kenyatta, actuellement, à mi-mandat. Six ministres partis du gouvernement pour des affaires de corruption. C'est du jamais vu.