Politique

Madagascar, habitué aux crises qui aboutissent parfois à des coups d'état militaires et à la transition politique, a failli récidiver, n'eût été le sursaut de tout un pays qui en a marre de cet éternel recommencement. Ecoutant son opposition et se pliant aux injonctions des institutions dont la Haute Cour constitutionnelle, le président de la République, Heri Rajaonarimampianina, a nommé un premier ministre de consensus et annoncé la tenue de l'élection présidentielle ouverte à tous, avant la fin de cette année. La température a, immédiatement, rebaissé en attendant l'ouverture de la campagne électorale.

De l'odyssée de l'Aquarius au blocage d'autres navires en Méditerranée, l'Union européenne (UE) se déchire depuis deux semaines autour de la question des migrants. Avant le sommet des Vingt-Huit, prévu jeudi 28 et vendredi 29 juin à Bruxelles, le commissaire européen aux Migrations a estimé que "le projet européen" était "en danger". Dimanche 24 juin, la tenue d'un mini-sommet d'urgence entre les dirigeants de 16 pays de l'UE n'a pas permis d'apaiser les tensions et aucune stratégie commune n'est ressortie de la réunion. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi aucun consensus ne se dégage-t-il ? On vous aide à comprendre pourquoi l'Europe se divise sur l'immigration. Cela dit, il faut noter que l'immigration (africaine) est provoquée par l'extrême pauvreté des arrivants. Cette extrême pauvreté est la conséquence des mauvaises politiques de coopération entre l'Europe et l'Afrique, lesquelles politiques ne profitent pas aux peuples, c'est-à-dire, aux arrivants africains en Europe. La mal-gouvernance en Afrique ne bénéficie pas non plus aux 28 pays européens, mais à quelques-uns seulement, qui ont eu un passé colonial en Afrique. La France, l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne, le Portugal et l'Italie, sont les anciens colonisateurs des pays africains. Leur coopération en Afrique est très décriée car elle n'atteint pas les peuples. Elle est détournée au profit de certaines élites de ces pays donneurs d'aide et partagée avec leurs alliés des pouvoirs africains. A titre d'exemple, cette mauvaise politique entre la France et les pays francophones d'Afrique, est appelée « Françafrique ». La démanteler serait synonyme de très grand affaiblissement de la France dans le domaine économique, au moment où la France perd des parts de marché dans le monde. Voilà le problème central à résoudre et qui, tôt ou tard, entraînera l'implosion de l'UE, dans sa forme actuelle.

Le chef de l'Etat zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, a accusé les partisans de l'ancienne première dame, Grace Mugabe, d'avoir fomenté l'attentat dont il est sorti indemne ce week-end, en pleine campagne électorale pour la présidentielle du 30 juillet. En fait, il s'agit d'une simple précaution de langage pour ne pas créer la polémique alors qu'il va se présenter à l'élection présidentielle, la première de sa vie, dans quelques semaines. Mais, en cercles fermés, le président candidat à sa succession aurait demandé aux services de sécurité d'avoir Grace Mugabe à l'oeil. Il est convaincu que si Camarade Bob, son prédécesseur, a, définitivement, tourné sa page politique, Grace Mugabe, toujours ambitieuse, est loin d'avoir dit son dernier mot.

La Commission nationale libyenne des droits de l'homme a rejeté, mardi, 26 juin, la "tentative européenne unilatérale" de création de camps d'immigration en Libye. Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, lors de son voyage, en Libye, lundi, 25 juin, l'avait laissé entendre. Une annonce, immédiatement, démentie, quelques heures plus tard par le vice-premier ministre libyen, Ahmed Miitig. Le gouvernement algérien n'en veut pas non plus, selon les propos de son ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, ce mercredi, 27 matin, sur Radio France Internationale. Il n'y a que le Niger et le Tchad, qui ont accepté l'installation de « hot spots » sur leur territoire, à la demande du président français Emmanuel Macron. Depuis, ces deux pays font l'objet de beaucoup de critiques de la part de leurs oppositions et de la société civile.

Pour mettre fin à ces cinq années de guerre, l'ex-guérillero, Yoweri Museveni, parrain régional de la jeune République du Soudan du Sud, au nom de la chrétienté assumée face à l'Etat islamique du Soudan, a effectué le déplacement de Khartoum, pour aider le maître des lieux, le général, Omar el Béchir, à réussir les pourparlers entre les deux frères ennemis. Au terme d'âpres négociations, le président sud-soudanais, Salva Kiir, et son rival, Riek Machar, "se sont mis d'accord sur certains points", au deuxième jour des pourparlers, ce qui sauve la face de tout un chacun.

L'Union européenne (UE) estime que la campagne électorale n'a pas été "équitable", après la victoire d'Erdogan. En effet, Recep Tayyip Erdogan a revendiqué, dès dimanche, 24 juin, soir, sa victoire à l'élection présidentielle en Turquie et celle de son parti, l'AKP, aux élections législatives. Colère dans les principales capitales européennes, qui auraient souhaité la victoire de l'opposition. Car après avoir modifié la constitution, Recep Tayyip Erdogan est perçu, au sein de l'UE, comme un dictateur qui veut diriger son pays (à l'africaine). Le président turc, lui, n'a, vraiment, cure des états d'âme de Bruxelles, qui ne veut pas de la Turquie comme membre à part entière de l'UE à cause des considérations, suprêmement, extra-objectives. A l'intérieur ou hors de l'UE, Erdogan est décidé à relancer l'économie de son pays pour enrayer le chômage et éradiquer, totalement, le phénomène djihadiste. Pour cela, entend-on dire au sein de l'AKP, il restera au pouvoir le temps qu'il faudra pour atteindre cet objectif.

Comme on pouvait s'y attendre (afriqueeducation.com l'avait prédit), le Mini-Sommet sur l'immigration des Huit (puis des Seize), de dimanche, 24 mars, à Bruxelles, est une montagne qui a accouché d'une souris. L'Union européenne (UE) est en train de, véritablement, imploser à cause des problèmes d'immigration. Pour sauver les meubles, la France et l'Allemagne ont, immédiatement, appelé à des accords à plusieurs pays sur les défis migratoires pour contourner l'absence de consensus. L'UE se voile la face car les accords à plusieurs pays que demandent la France et l'Allemagne, ne résisteront pas à la réalité. Car ils essaient de contourner le problème en évitant, soigneusement, de l'attaquer de face pour le résoudre. Et pour le résoudre, il faut poser les questions qui fâchent, et qui sont au centre des relations entre certains pays européens et les pays africains exportateurs de migrants dont beaucoup se situent en Afrique d'expression française. Afriqueeducation.com demande aux dirigeants de l'UE, en l'occurrence, la chancelière, Angela Merkel, et le président français, Emmanuel Macron, de s'attaquer à la question de la mal-gouvernance en Afrique où certains dirigeants confisquent le pouvoir en modifiant la constitution ou n'assurent leur réélection qu'avec le concours de certaines capitales européennes comme Paris. La question de fond est là, que certains appellent « Françafrique ». Sans sa résolution, l'Europe, malgré des barrières de dix mètres de hauteur, verra, toujours, la déferlante migratoire africaine sur son sol. Car les Africains fuient avant tout la misère et la pauvreté chez eux. Rien d'autre.

Qui en veut au successeur de Robert Mugabe à ce point ? Cette question est sur toutes les lèvres au Zimbabwe où l'attentat à l'explosif inédit qui a visé une réunion de campagne du président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a plongé, dimanche, 24 juin, le pays dans l'incertitude à un mois de ses premières élections de l'ère post-Robert Mugabe. Le « crocodile » se rend, fatalement, compte que cette élection présidentielle ne sera pas une partie de plaisir pour lui, et que s'il ne fait pas attention, il risque d'y laisser sa peau.

Plusieurs personnes ont été tuées, samedi, 23 juin, par l'explosion d'une grenade lancée au milieu d'une foule immense venue écouter le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, dans le Centre d'Addis Abeba, déclenchant un mouvement de panique qui a, ensuite, viré à la manifestation anti-gouvernementale. Le premier ministre venait de finir son discours et saluait la foule quand l'explosion s'est produite, provoquant un mouvement de foule vers l'estrade et des scènes de confusion.

La mission des Casques bleus de l'ONU en Centrafrique "est débordée" et "les menaces contre le personnel du maintien de la paix continuent de s'accroître", a affirmé, jeudi, 21 juin, au Conseil de sécurité, Parfait Onanga-Anyanga, l'émissaire onusien pour ce pays. La difficulté, c'est que les Nations-Unies restent sans solution. C'est comme si elles étaient dépassées par le problème centrafricain.

Plusieurs hauts responsables de la République démocratique du Congo (RDC) ont été interdits d'entrée aux Etats-Unis en raison de leur "implication" dans des cas de "corruption visant à entraver le processus électoral", a annoncé, jeudi, 21 juin, le département d'Etat américain. C'est la toute première fois que l'équipe de Kabila au pouvoir, habituée à jouer avec les nerfs des RDCongolais, se rend compte qu'elle n'a pas intérêt à ne pas tenir la date de fin décembre 2018 indiquée pour la tenue de la présidentielle, sinon, elle pourrait aller au devant des mesures de rétorsion non souhaitables.

Joseph Kabila veut-il assurer ses arrières avant de quitter la fonction présidentielle ? Si tel est le cas, il n'y aurait rien à redire au moment où on lui demande de respecter la constitution de son pays en quittant le pouvoir qu'il aurait dû déjà quitter fin décembre 2016. Lors de l'actuelle séance du parlement qui doit durer du 20 juin au 19 juillet, une loi sur la protection d'anciens présidents devrait être votée. Cette loi qui dormait dans un placard du parlement depuis trois ans, a été, subitement, dépoussiérée pour être présentée à l'ordre du jour des travaux des parlementaires. Ceci explique-t-il cela ?

Le Haut Commissaire de l'ONU aux réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a demandé, mercredi, 20 juin, aux pays européens d'accélérer les procédures de départs des pays de transit des réfugiés qu'ils ont décidé d'accueillir sur leur sol. Cet appel pressant a été lancé depuis le Niger, pays où la France a installé des « hot spots » gérés par ses services de l'OFPRA. De manière générale, il est demandé aux pays européens de ne pas se fermer à la grande misère et l'extrême pauvreté qui sévissent dans les pays africains où des politiques françafricaines, responsables du maintien des pouvoirs corrompus et extravertis à la tête de certains pays d'Afrique dont la mal-gouvernance est patente, font qu'aucun avenir n'est assuré à ces milliers de jeunes, qui préfèrent mourir dans la Méditerranée au lieu de mourir dans leur pays, pourtant, au sous-sol très riche, que pillent allègrement les multinationales occidentales sans foi ni loi, sous l'oeil complice et paternaliste de certaines ex-puissances coloniales européennes. Fermer les yeux devant une telle cruauté et préférer ériger des barrières pour que ces jeunes Africains victimes de cette mal-politique (Europe-Afrique), ne se rendent pas en Europe où ils espèrent avoir leur salut, est une forme de « non assistance à personnes en danger » de mort. Oui, les jeunes Africains ont raison de se rendre en masse (au péril de leur vie) dans les pays d'Europe où ils escomptent un semblant de bien-être. Ca suffit comme ça l'hypocrisie des dirigeants françafricains d'Europe !

Le Centrafrique est un Etat-Néant ! On entend, souvent, cette phrase dans les conversations de salon et les autorités centrafricaines ne font pas grand-chose pour prouver le contraire. Parfois, leurs comportements ont, même, tendance à confirmer de telles assertions. Sinon, comment nier que l'ancien tennisman allemand, Boris Becker, soit le vrai titulaire d'un faux passeport diplomatique centrafricain alors qu'il a été, dernièrement, reçu par le président, Faustin Archange Touadera, avec qui il a, d'ailleurs, fait les photos qu'il a postées sur les réseaux sociaux ? Est-on en pleine guerre de clan entre diplomates centrafricains ? La question mérite d'être posée. Car, Boris Becker est bel et bien titulaire d'un faux passeport, soutient le directeur de cabinet du ministre centrafricain des Affaires étrangères. Faux, répond l'ambassadeur du Centrafrique à Bruxelles qui reconnaît, lui, la validité du passeport diplomatique de l'ancien tennisman allemand. Où se trouve la vérité ?

C'est la troisième visite de Kim Jong-un en Chine, en l'espace de trois mois. C'est du rarement vu dans les relations entre les deux pays. Plus qu'une relation privilégiée, ne s'agirait-il pas de sa protection pure et simple à l'instar de celle dont bénéficient la Corée du Sud et le Japon auprès des Etats-Unis ? Un détail qui a son importance : pour se rendre au Sommet de Singapour, le « leader bien aimé » a emprunté, à l'aller et au retour, un Boeing 747 de la compagnie, Air China, mis à sa disposition par le grand-frère, Xi Jinping. Affectionnant les voyages à bord du train hautement blindé qu'affectionnait son père, Kim Jong-il, le jeune leader pouvait bien rallier Singapour par train comme son père qui avait traversé la Russie, par train, pour rencontrer Dimitri Medvedev au Kremlin en 2009), mais, autre temps autres mœurs ? A titre d'information, la distance Pyongyang-Singapour n'est que de 4.743 km contre le parcours Pyongyang-Moscou qui est un peu plus de 6.400 km.

Le président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, va-t-il mettre sa menace à exécution ? Après avoir indiqué à qui voulait l'entendre qu'il demandait la fin des querelles au sein de la grande famille houphouétiste du RHDP, mais aussi, la mise en place d'un « parti unifié » avant la présidentielle, sinon, il se réservait la possibilité de briguer un troisième mandat, la nouvelle constitution lui donnant cette possibilité, le PDCI que préside son aîné, Henri Konan Bédié ne s'en est pas laissé décontenancer. Pour preuve, il a rejeté, dimanche, 17 juin, la mise en place d'"un parti unifié" avant la présidentielle de 2020, créant une véritable situation de défiance à l'endroit du chef de l'Etat ivoirien, Alassane Ouattara.

L'ancien vice-président congolais, Jean-Pierre Bemba, "pourra rentrer" en République démocratique du Congo (RDC) s'il le souhaite, a déclaré, dimanche, 17 juin, le ministre congolais des Affaires étrangères, Léonard She Okintundu, sans préciser s'il était poursuivi par la justice congolaise. Cela dit, cette interrogation ne va pas freiner l'envie du futur candidat à la présidentielle de rentrer dans son pays, retrouver son électorat de l'Equateur et de la ville de Kinshasa, après dix années d'enfermement à la Haye.

Depuis qu'il est en fin de séjour, le dynamique ambassadeur de Chine au Togo, n'en finit pas de faire part de ses sympathiques adieux aux principales personnalités du pays, à commencer par le chef de l'Etat, Faure Gnassingbé. Ce samedi, 16 juin, son excellence Liu Yuxi a eu droit à un copieux déjeuner offert par le chef de la diplomatie togolaise, le professeur, Robert Dussey. Le temps de se rendre compte que les liens personnels au-delà de la fonction tissés par ce diplomate, au Togo, étaient aussi forts que les réalisations de la Chine pendant son magistère.

Après le succès du Sommet entre Donald Trump et Kim Jung-un, organisé, le 12 juin, à Singapour, c'est au tour du premier ministre japonais, Shinzo Abe, de préparer le sien, dans les prochains mois, avec le « leader bien aimé » nord-coréen. Voilà pourquoi il l'a appelé, samedi, 16 juin, afin qu'ils surmontent, ensemble, leur méfiance mutuelle. Il confirme, par ailleurs, que des efforts sont en cours en vue de l'organisation d'un sommet. Le « leader bien aimé », lui, ne demande pas mieux. Il suit sa stratégie à la lettre : 1) Doter la Corée du Nord d'une bombe nucléaire capable d'atteindre le territoire des Etats-Unis. 2) Une fois ce cap réussi, appeler aux négociations directes, en tête à tête, sans intermédiaire, entre lui et le chef de la Maison Blanche. Nous y sommes avec succès. Les besoins du « leader bien aimé » sont simples : mettre fin à l'embargo qui frappe le pays et bénéficier de facilités diverses susceptibles de favoriser la relance de l'économie nord-coréenne, et relever, sensiblement, le niveau de vie des Nord-Coréens. Le plus bas de la péninsule. En contrepartie, le « leader bien aimé » accepterait la dénucléarisation de la Corée du Nord et de toute la péninsule, en ayant quand même à l'esprit que sans bombe nucléaire, il deviendrait, aussi, vulnérable que le Libyen Mu'ammar al Kadhafi, assassiné par un conglomérat de tueurs français, américains, anglais et de l'OTAN. Un avantage non négligeable cependant : Le « leader bien aimé » a, pour lui, le temps contrairement aux dirigeants américain, japonais et sud-coréen, qui, eux, sont tenus par le succès aux élections avec à la clé la limitation des mandats, alors que les principaux soutiens de Kim Jong-un, à savoir, les présidents chinois et russe, ont tout le temps pour eux. Le « leader bien aimé » est un redoutable stratège, malgré ses petits 34 ans d'âge.

Le Centrafrique s'est vu ôter son droit de pouvoir équiper son armée au nom d'un embargo pris aux Nations-Unies dans l'espoir d'accélérer la pacification du pays. Jeudi, 14 juin, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis se sont opposés aux Nations-Unies à une demande d'importation d'armes chinoises du Centrafrique, soumis, depuis 2013, à un embargo sur les armes. Les Russes ont, récemment, profité d'une telle autorisation pour déverser des tonnes d'armes en Centrafrique avant de s'y installer, au grand mécontentement des Français et des Américains. Actuellement, la garde rapprochée du président, Faustin-Archange Touadera, est assurée par des éléments russes envoyés par Vladimir Poutine. De quoi énerver Emmanuel Macron et Donald Trump pour qui l'Afrique est le cadet des soucis, mais qui ose s'irriter quand Touadera prend des initiatives. L'émancipation du président centrafricain est réelle, visible, et porte un nom : changement des alliances ou rééquilibrage des accords.