Education

On ne vous demandera pas d'arrêter de prendre vos potions habituelles (au demeurant souvent très amères) prescrites par vos traditionnels guérisseurs bien aimés. On ne vous déconseillera pas, non plus, de consulter vos urologues préférés, grands prescripteurs de viagra et du cialis devant l'éternel. Juste une information qui ne fait pas de mal à tous ceux qui peuvent prendre un (petit) billet d'avion pour Accra. Là bas, les médecins font des miracles, en réveillant les pénis, complètement, morts.

Frère Albert, un religieux de 74 ans, appartenant à la Congrégation des frères du Sacré-Coeur, a été mis en examen pour des viols et agressions sexuelles commis en Afrique. Il est une victime de l'émission de France 2, Cash Investigation, diffusée, en mars dernier : des prêtres pédophiles français avaient été interviewés, notamment, en Guinée et au Cameroun, lieux de leur forfait où ils se livraient à un véritable championnat. Par exemple, Frère Albert, lui seul, aurait abusé d'une quarantaine de jeunes guinéens dans l'école où il était le directeur.

Le Maroc est devenu, depuis quelques années, avec l'Afrique du Sud, le principal hub médical du continent africain. Au lieu d'aller se faire soigner en Europe, en Amérique ou en Asie, plusieurs dignitaires africains prennent le chemin du royaume chérifien. Autant dire que les progrès réalisés dans le domaine de la santé y sont énormissimes. Pourtant, le roi a refusé de confier l'opération de son (très précieux) œil aux chirurgiens de son pays. Comme son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika, il a préféré se faire opérer en France. Avec succès. Le cœur net. Sans aucune appréhension. La décision de Sa Majesté est sujette à débat car elle n'est pas (tout à fait) normale.

La Cour Suprême d’Israël a statué que le mariage de même sexe n’est pas un droit, rejetant l’argument de l’Association israélienne des gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres, selon lequel, le mariage du même sexe devrait être autorisé en vertu de la loi fondamentale du pays relative à la dignité et la liberté de la personne. Enseignement : les dirigeants africains doivent être confortés de savoir qu'ils ne sont pas les seuls à respecter la parole de Dieu. Dans la Bible, dans le Coran, il est dit, redit, écrit et réécrit, que le mariage est une union entre l'homme et la femme, pas entre deux personnes de même sexe : « Allez et multipliez-vous comme le sable de la mer », nous enseignent les paroles saintes. Pas entre deux hommes ni entre deux femmes. Le dire n'est pas être raciste ni homophobe.

Bonne nouvelle pour les élèves du Togo et leurs parents. A partir de la rentrée prochaine, 2018-2019, l'Etat va lancer la couverture maladie gratuite pour l'ensemble des élèves du primaire. Dans un premier temps, il ne s'agira que des élèves des écoles publiques dont le nombre est de 2 millions. Dans un deuxième temps, cette couverture maladie intégrera, aussi, les élèves du primaire des établissements privés. Cette couverture maladie qui sera progressive concernera, par la suite, les élèves du secondaire, et puis, les étudiants de l'université, sachant qu'il existe, déjà, d'autres systèmes de couverture en place, bien que moins étendus. C'est la première fois qu'un pays ouest-africain réalise ce saut qualitatif vers la santé universelle, ce qui constitue un bond significatif vers la réduction de la pauvreté.

On ne parle, pas encore, d'improvisation ou d'amateurisme du nouveau président de la CAF (Confédération africaine de football), le Malgache, Ahmad Ahmad. Mais, cela y ressemble beaucoup. Après avoir remué ciel et terre pour tenter d'enlever la CAN 2019 au Cameroun, il a, de façon unilatérale, fixé la date d'inspection des installations, du 20 au 28 août 2017. Mais, alors que les autorités camerounaises de football s'organisaient pour accueillir cette première mission de la façon la plus professionnelle possible, les services d'Ahmad Ahmad ont, tout simplement, fait faux bond. En effet, dans un courrier daté 18 août 2017, depuis Le Caire, le secrétaire général p.i. de la Confédération africaine de football (CAF) a écrit à Blaise Moussa, le secrétaire général de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT), que la CAF n'est pas prête et que la mission annoncée à grands renforts de publicité, est, tout simplement, reportée à une date ultérieure. Les autorités camerounaises du football ont, immédiatement, pris acte de cette première défaillance de la CAF. Sans la commenter outre mesure.

C'est un article du quotidien, Washington Times, du 8 août, qui l'affirme : « Hillary Clinton veut être un chef spirituel », prétend son pasteur, le révérend Bill Shillady. Après avoir trempé avec le président français, Nicolas Sarkozy, dans l'assassinat du guide libyen, Mu'ammar al Kadhafi, c'est, plutôt, une bonne nouvelle sous forme de repentance, ce beau dimanche, 13 août 2017. Qui l'eût cru ?

Le Maroc cherche, par tous les moyens, à faire oublier son statut de « pays lâcheur » depuis qu'il avait fait faux bond, en se retirant, cinq mois, avant l'organisation de la CAN 2015, à cause du virus Ebola que ses autorités disaient constituer une menace pour la survie des sujets du royaume. La Guinée équatoriale se porta candidate, au pied levé, enlevant la honte à l'Afrique qui se profilait à l'horizon quand le (très lointain) Qatar, avec ses pétro-dollars, s'était proposé pour organiser la compétition. Depuis cette trahison (royale), le Maroc n'arrête pas de vouloir se faire excuser et se racheter. Parfois en organisant de véritables coups bas à ses frères d'Afrique. Le dernier en date a mis en exergue, le président de la CAF, le Malgache, Ahmad Ahmad, quand il a, vainement, ces derniers jours, cherché à dessaisir l'organisation de la CAN 2019 au Cameroun parce que ce pays « n'était pas prêt ». Tous les Camerounais ont défendu leur CAN en disant « Stop » à Ahmad Ahmad qui, depuis, a changé de langage, avec son staff. Maintenant, le Maroc jette son dévolu sur l'organisation de la Coupe du Monde 2026 que la FIFA devrait, logiquement, attribuer à un pays du continent américain. Jusqu'où ira le royaume du Maroc pour satisfaire ses instincts de puissance ?

De 14% en 1994, le taux de réussite au baccalauréat se situe, en 2017, à 62,93%, soit, l'un des plus élevés du continent africain. A la base de cette évolution, la paix sociale dans le pays et les mesures énergiques prises par le gouvernement pour améliorer la qualité de l'enseignement dispensé aux élèves.

On arrive, enfin, là où le nouveau président de la CAF, le Malgache, Ahmad Ahmad, voulait arriver. Dire (sans le démontrer) que le Cameroun, le pays de son ennemi juré et prédécesseur, Issa Hayatou, sera incapable d'organiser la CAN 2019. C'est une insulte au peuple camerounais tout entier ! Le football africain connaît, certes, des turbulences. Mais, la conduite de la CAF par ce nouveau président, n'est pas de nature à y apporter la sérénité. Cela dit, il n'est pas, encore, tard pour unir l'Afrique au lieu de la disloquer.

C'est il y a deux jours (selon sa propre déclaration) que Neymar a pris sa décision de quitter le FC Barcelone. Il a demandé à parler à son entraîneur, qui en a pris acte. Il en a informé, par la suite, ses coéquipiers qui lui ont souhaité « Bonne chance ». Neymar affirme avoir gardé de très bons souvenirs à Barcelone et ne pense que du bien de ce club en venant à Paris.

La Ligue de football professionnel espagnole avait rejeté, ce matin, le paiement de la clause libératoire de la star brésilienne. Mais ce soir, elle est revenue à de meilleurs sentiments. Après que le FC Barcelone eut accepté le chèque de 222 millions d'euros. Selon toute vraisemblance, l'arrivée de la star brésilienne est imminente à Paris. Mais, il a d'ores et déjà signé son contrat au PSG depuis l'Espagne, ce soir même. Dès son arrivée à Paris, ce soir ou demain, il sera présenté aux supporteurs. Feuilleton clos. Le championnat français compte, désormais, le troisième meilleur joueur du monde, après Messi et Ronaldo, tous joueurs en Espagne.

Le président du Togo, Faure Gnassingbé, a décidé d'accompagner le fer de lance du Togo, à savoir, la jeunesse estudiantine, dans sa quête de l'émergence. Il a décidé, à cet effet, d'aider tout étudiant togolais à se doter d'un ordinateur et d'une connexion internet à haut débit pour lui permettre de surfer sans difficulté et faire ses recherches.

Comme beaucoup d'anciennes gloires africaines de football, le Ghanéen, Abedi Pelé, est retourné vivre au Ghana, après avoir mis fin à sa très riche carrière professionnelle. Dans son pays, il a investi dans une banque de micro-crédit et dans deux casinos. Président et entraîneur d'un club de deuxième division, Abedi Pelé est, aussi, l'agent de ses trois fils qui évoluent, tous, dans de grands championnats européens.

Pendant une dizaine de jours, du 21 au 30 juillet, les 4.000 participants aux 8e Jeux de la Francophonie, ainsi que leurs accompagnateurs, ont dû penser que ce qu'on leur disait de la Côte d'Ivoire, n'était que des légendes : un pays (encore) en conflit qui refuse de se réconcilier, véritablement, après avoir envoyé deux de ses enfants à la CPI (Cour pénale internationale), à savoir, l'ancien président, Laurent Gbagbo, et son ministre, Charles Blé Goudé. Mais, pendant la cérémonie de clôture, cette réalité s'est imposée à tous. Les "500 millions" de personnes qui suivaient cette cérémonie en direct (TV, Radios, Facebook, etc.), ont pu se rendre compte que le discours de clôture du responsable gouvernemental de ces jeux, le ministre, Beugré Mambé, était interrompu, de temps en temps, par de nombreuses coupures (volontaires) d'électricité. Au moins, dix coupures dont la dernière, d'une bonne douzaine de minutes, a contraint le ministre, au silence. Pendant ce temps, les commentaires allaient bon train. La Côte d'Ivoire, avec la fin des Jeux, revenait à ses vieux démons.

La directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a annoncé les lauréats du Prix international UNESCO-Guinée équatoriale pour la recherche en sciences de la vie, prix communément appelé « Prix Unesco/Obiang Nguéma pour la recherche en sciences de la vie, dont le promoteur est l'actuel président de la Guinée équatoriale. Sur les trois lauréats désignés par un jury pluridisciplinaire venant de différentes régions du monde, on ne compte, cette année, aucun Africain. Chaque lauréat recevra la somme de 100.000 dollars pour poursuivre ses recherches.

Assassiné en décembre 1998 par le pouvoir de Blaise Compaoré, aujourd'hui, exilé en Côte d'Ivoire, pays dont il a, d'ailleurs, pris la nationalité, le journaliste, Norbert Zongo, fondateur de l'hebdomadaire, L'Indépendant, s'est rappelé au bon souvenir des nouvelles autorités, qui viennent de baptiser l'Université de Koudougou, « Université Norbert Zongo », un acte politique fort qu'apprécieront les nombreux amis et partisans de cet illustre disparu.

Le taux de réussite à l'examen du baccalauréat en Centrafrique, ne dépasse pas 3% au premier tour. De quoi vider, définitivement, les amphithéâtres de la très fantomatique Université de Bangui. Il y a de quoi interpeller le Sommet de l'Etat, qui n'est constitué que de très distingués professeurs de rang magistral : un mathématicien et un géographe.

Il ne fallait pas rêver, les Lions indomptables s'étant retrouvés à la Coupe des Confédérations, un peu par hasard, en tant que vainqueurs (très très inattendus) de la CAN 2017. Mais le football n'admettant pas la tricherie, la réalité les a rattrapés : l'à peu près est, rigoureusement, interdit au niveau mondial. Comme il fallait s'y attendre, le retour à la maison avec 0 victoire sonne comme un appel au secours d'une équipe qui est, totalement, entièrement, complètement, à bâtir.

Dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne (47, rue des écoles à Paris 5e), on parlait autant l'espagnol que le français, cet après-midi du 23 juin. Et pour cause, le président colombien, Juan Manuel Santos, recevait des mains du professeur, Georges Haddad, président de l'Université de Paris-1 (Panthéon-Sorbonne), la distinction de docteur honoris causa, en présence du nouveau ministre (français) de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Le président colombien est, également, le Prix Nobel de la Paix 2016.