Education

Actuellement, la performance d'éradication réalisée par le gouvernement comorien est de 98% des cas de paludisme en attendant les 100% qui sont à portée de la main. C'est le résultat de la coopération entre les Comores et la Chine dont la compatriote, Tu Youyou, Prix Nobel 2015 de médecine (à 84 ans), a mis au point un traitement à base d'artémisinine. Ce traitement, utilisé avec efficacité en Chine, depuis la nuit des temps, l'est, aussi, en Afrique, et, particulièrement, aux Comores.

Fin mars, les responsables du Comité de normalisation de la Fécafoot (Fédération camerounaise de football) ont réceptionné 77 dossiers de candidature pour succéder au Belge, Hugo Broos, comme sélectionneur de l'équipe de football des Lions indomptables. Un sélectionneur devrait être désigné, dans les prochains mois, avec comme objectif : gagner la CAN 2019 qui sera organisée, en juin-juillet 2019, au Cameroun. Cela dit, le débat fait rage au Cameroun où une petite trentaine de sélectionneurs nationaux ont fait acte de candidature et aspirent, à faire mieux que certains étrangers, qui, ces dernières années, ont officié à la tête des Lions. L'hypothèse d'un sélectionneur camerounais n'est plus d'école, le Comité de normalisation ne refusant pas de prendre ses responsabilités à ce niveau. Des pointures nationales connues comme Jean Paul Akono (qui avait gagné le championnat olympique en 2000), Fils Gwéha Ikouam, Rigobert Song Bahanag (actuel sélectionneur des Lions A'), Jules Nyongha, Joseph Omog, Martin Ndtoungou Mpile, Bonaventure Djonkep, considérés comme les plus capés, sont prêts à prendre leurs responsabilités. Une équipe collégiale de Camerounais répondrait aussi aux attentes du public. En ce qui concerne les candidats non-camerounais, on compte, notamment, l'Allemand, Lothar Matthaus, les Français, Pierre Lechantre (dont le passage à la tête des Lions fut un succès) et Raymond Domenech, qui est, sans doute, l'un des sélectionneurs les plus qualifiés de cette liste. Il avait, notamment, conduit les Bleus en finale de la coupe du monde en 2006 en Italie. Son problème est celui-ci : peut-il résider au Cameroun (de manière effective), et abandonner, provisoirement, son épouse de journaliste de télévision qu'il aime beaucoup ?

Quatre ans après leur enlèvement par Boko Haram, le sort d'une centaine de lycéennes de Chibok reste incertain au Nigeria où, selon certaines sources, des dizaines d'entre elles sont mortes en captivité. Boko Haram ne confirme ni n'infirme cette information qui déchire les parents desdites lycéennes.

Le snesup-marocain demeure la seule instance habilitée à militer pour la défense des droits et des intérêts des enseignants-chercheurs et la promotion de l'enseignement supérieur. Il œuvre, depuis 1960, par sa participation active aux réflexions et débats sur le développement de la recherche scientifique, dans le sens de l'amélioration du système éducatif, en s'impliquant dans les diverses réformes que le secteur a connues.
Le professeur Madoune Abdelkrim est le secrétaire général du Snesup-Maroc (Syndicat national de l'enseignement supérieur) depuis 2014. Il est, également, membre du Conseil supérieur de L'éducation, de la formation et de la recherche scientifique. Il nous fait part de l'action militante du syndicat dans la réforme universitaire marocaine et des défis à relever pour un avenir meilleur.

Trois personnes ont été reconnues coupables de pratiques esclavagistes et condamnées à des peines de prison par la Cour spécialisée dans l’esclavage de Nouadhibou. S'agit-il des peines pour l'exemple ou de la détermination, enfin, du gouvernement de ne plus tolérer cette pratique d'un autre âge ?

Tous les pensionnats dans l'Etat du Borno, dans le Nord-Est du Nigeria, un des plus touchés par le conflit avec le groupe djihadiste Boko Haram, vont être fermés pour raisons de sécurité. Une décision qui montre la grande prudence du président, Muhammadu Buhari, qui ne laisse plus de place à l'improvisation alors que la présidentielle à laquelle il est candidat, aura lieu en 2019.

Même s'il a dû payer une forte rançon (il n'y a pas de doute là dessus), Muhammadu Buhari est en train de subir, honteusement, la dictature de Boko Haram. Cette secte terroriste est en train de lui montrer, lui, l'ex-général devenu président de la République pour la deuxième fois, que son armée et ses services de sécurité n'en valent pas la peine. Et que sa lutte contre la corruption pour laquelle il avait été élu président en 2015 compte pour du beurre. La réalité est que Boko Haram continue de tenir le pavé malgré les gesticulations de la très faible et corrompue armée du Nigeria. Et que le président de la République, bien qu'issu de la famille des militaires, ne fait pas tellement mieux que son civil de prédécesseur, Goodluck Jonathan.

Les charlatans et les marabouts se trouvent partout. Dans tous les pays du monde. En Afrique, ils sont nombreux et excellent dans la bêtise. Avec des capacités d'imagination insoupçonnables à faire du mal. C'est ainsi que la justice sud-africaine a condamné à une amende, le prophète autoproclamé d'une église qui avait défrayé la chronique en aspergeant le visage de ses fidèles d'un insecticide destiné, selon lui, à les guérir de leurs maux ou péchés.

L'internationalisation de la prestigieuse école française, Sciences Po (Paris), se poursuit, avec l'inauguration, lundi, 19 février, dans la capitale kényane, Nairobi, de son premier bureau en Afrique. Objectif : marquer sa volonté de faire du continent noir l'un des axes prioritaires de son développement international dans les années à venir. 68 ans après les indépendances, on a besoin de dire : Mieux vaut tard que jamais jamais...

Le pouvoir n'est plus détenu par Camarade Bob depuis que son ancien vice-président déchu et non moins rival, Emmerson Mnangagwa, a accédé aux affaires. Du coup, la peur a changé de camp. Si Robert Mugabe reste protégé dans toute son intégrité, tel n'est pas le cas pour celle par qui la chute du pouvoir était arrivée. En effet, non seulement, la très ambitieuse Grace Mugabe a vu le ciel s'écrouler sous ses pieds, mais le nouveau pouvoir fait tout pour l'humilier et lui montrer qu'elle n'est rien d'autre que la petite secrétaire qui travaillait dans le cabinet présidentiel avant que Camarade Bob n'oriente ses yeux vers elle, après le décès de son épouse ghanéenne avec qui il combattit l'impérialisme britannique dans le maquis pour obtenir l'indépendance de l'ex-Rhodésie. La très parvenue Grace, une fois dans le lit de Camarade Bob, n'hésita pas à croquer la vie au point d'en faire beaucoup trop. De secrétaire-dactylo à première dame, titulaire d'un doctorat obtenu en un temps trois mouvements, Grace ne s'épargna rien pour se grandir, socialement, politiquement, et même, intellectuellement. Aujourd'hui, la roue a tourné dans le mauvais sens et le naturel a repris ses droits. Y compris à l'Université de Harare où on veut lui retirer son grade de docteur de l'université.

La récente révélation de ventes de migrants africains à Tripoli n'est pas un cas isolé : plus de 40 millions de personnes dans le monde, dont un quart d'enfants, sont, actuellement, réduits en esclavage, selon une étude menée en 2016. En 2003, Afrique Education avait lancé une rubrique bimensuelle alimentée, essentiellement, par les associations négro-mauritaniennes pour dénoncer l'esclavage et le racisme anti-noir qui sont pratiqués en Mauritanie. Ce mouvement avait conduit à la chute du colonel-président, Maaouiya Ould Sid Ahmed Taya, en août 2005, ce qui avait conduit le magazine à supprimer cette rubrique, l'objectif ayant été atteint. D'autre part, le successeur du colonel Taya, le général, Ely Ould Mohamed Vall, s'était montré homme de bonne volonté, qui, contrairement, à son prédécesseur, avait prôné la fin de cette pratique, une fois arrivé au pouvoir. Mais, force est de reconnaître que sous le général-président, Mohamed Ould Abdel Aziz, cette pratique est revenue en force, parfois, avec la complicité des autorités. Il faut, donc, à nouveau, se mobiliser. D'autant plus que la Libye, aujourd'hui, vient de nous démontrer que l'esclavage est capable de naître là où il n'existait pas, il y a quelques années, et qu'il faut une vigilance de tous les instants.

Le président en exercice de l'Union africaine (UA), le Guinéen, Alpha Condé, s'est "indigné", vendredi, 17 novembre, des cas d'esclavage en Libye dénoncés, cette semaine, par l'ONU et dans un documentaire choc de la chaîne américaine CNN. Mieux vaut tard que jamais.

Sur les cinq équipes qualifiées pour la Zone Afrique (Russie 2018), l'Afrique du Nord se taille la part du lion en alignant trois pays : le Maroc, la Tunisie et l'Egypte. L'Afrique de l'Ouest s'en sort bien avec deux équipes : le Nigeria et le Sénégal. Les pays de l'Afrique centrale, australe et de l'Est, doivent, quant à eux, reprendre le chemin de la réorganisation de leur football, actuellement, en piteux état.

Le gouvernement tanzanien a annoncé, samedi, 21 octobre, avoir suspendu une ONG locale soupçonnée de promouvoir les mariages entre personnes de même sexe, qui sont, selon lui, "contraires aux coutumes, traditions et lois du pays". En Afrique, l'homosexualité, de manière générale, est interdite car elle va à l'encontre des valeurs traditionnelles et culturelles africaines, qui prônent un mariage entre un homme et une femme avec pour but, de fonder une famille.

Voulue par le Concile Vatican II (1962-1965), la renonciation des évêques catholiques à leur charge pastorale à 75 ans a été établie par le pape Paul VI en 1966 (cf. son motu proprio “Ecclesiae Sanctae”). Lorsque Mgr Marie-Daniel Dadiet annonce, le jeudi 12 octobre 2017, qu’il quitte ses fonctions d’archevêque de Korhogo, alors qu’il n’a que 65 ans, il n’est donc pas étonnant que la nouvelle fasse l’effet d’une bombe à Korhogo et au-delà. Pourquoi a-t-il décidé de quitter sa charge si tôt ?

Les 58 membres du Conseil exécutif de l'UNESCO ont proposé la Française, Audrey Azoulay, au poste de directrice générale de l'Organisation. Elle a devancé l'Egyptienne, Moushira Khattab, qui a fait une campagne à l'ancienne, comme au 19e siècle, et le Qatari, Hamad bin Abdulaziz Al-Kawari, qui traînait une fâcheuse réputation de ressortissant d'un pays considéré comme l'un des principaux bailleurs de fonds du djihadisme dans le monde. L'Unesco ne donnera donc pas la possibilité au Qatar de blanchir ses multiples forfaits dans ce domaine, qui coûtent trop cher aux pays africains où le terrorisme provoque des dégâts hors normes.

Alors que la nouvelle année scolaire commence au Nigeria, les violences perpétrées par Boko Haram ont contraint à la fermeture de plus de la moitié des écoles dans l'Etat de Borno. Conséquence : plus de la moitié reste fermée, soit, parce que les enseignants (ou et les enfants) ne veulent pas y aller, soit, parce que leur équipement a été, totalement, détruit.

Le Conseil exécutif de l'UNESCO va désigner un nouveau directeur général pour l'Organisation au cours de sa 202e session. Les 58 membres du Conseil exécutif de l'UNESCO tiendront leur 202e session, à Paris, du 4 au 18 octobre, au siège de l'Organisation, sous la présidence de Michael Worbs, ambassadeur d'Allemagne auprès de l'UNESCO.

L'annonce de ce parrainage conjoint a été faite, mercredi, 20 septembre, par le président sénégalais, Macky Sall, et le président français, Emmanuel Macron, lors d'une réunion de haut niveau sur le financement de l'éducation organisée, en marge de la 72e Assemblée Générale des Nations-Unies, à New York. La conférence aura lieu, à Dakar, au premier trimestre de l'année 2018.

On ne vous demandera pas d'arrêter de prendre vos potions habituelles (au demeurant souvent très amères) prescrites par vos traditionnels guérisseurs bien aimés. On ne vous déconseillera pas, non plus, de consulter vos urologues préférés, grands prescripteurs de viagra et du cialis devant l'éternel. Juste une information qui ne fait pas de mal à tous ceux qui peuvent prendre un (petit) billet d'avion pour Accra. Là bas, les médecins font des miracles, en réveillant les pénis, complètement, morts.