Sahel

On savait, depuis plusieurs mois, que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, ne pouvait passer un weekend, avec son homologue français, Emmanuel Macron. Tant les relations entre les deux chefs d'Etat sont exécrables, et le mot est faible. Mais, on ignorait à quel point les deux se haïssaient cordialement. Un nouveau point de cette escalade haineuse vient d'être franchie. Ce vendredi, 14 août, en effet, le gouvernement turc a accusé la France de se comporter « comme un caïd », et d'accentuer les tensions en Méditerranée orientale, après le renforcement de la présence militaire française dans cette zone où Ankara et Athènes s’opposent, mais où Ankara vient de découvrir un important gisement de gaz qui devrait faire de la Turquie un futur pays exportateur de gaz, comme la Russie. La France soutient la Grèce dans ce conflit qui l'oppose à la Turquie, mais, en Afrique, ils se font face.
Ce jeudi, 10 septembre, en Corse, où il préside un Sommet des pays du Sud de la Méditerranée, le président français, très amer, a réaffirmé que « la Turquie n'est plus un partenaire » et demandé de « la clarté et la fermeté de l'Europe envers le président Erdogan », qui, visiblement, menace les intérêts de la France en Méditerranée orientale.

La mort du vétéran d'Al-Qaïda, Abdelmalek Droukdal, connu sous le nom de guerre, Abou Moussab Abdelwadoud, par l'armée française au Mali, est comparable à celle de Abou Bakr al-Baghdadi, le 26 octobre 2019, dans le gouvernorat d'Idleb, en Syrie. Elle est plus symbolique qu’autre chose. Autrement dit, elle ne changera rien sur le terrain. Mais, soyons honnêtes : les symboles ont leur force et c’est tout de même une victoire pour l’armée française. C'est, surtout, excellent pour le moral des troupes.

Meurtres, abus sexuels, enlèvements, enrôlements contraints dans les groupes armés... Des centaines de milliers d'enfants du Sahel central ont été victimes d'expériences traumatisantes depuis le début du conflit. Rien qu'au Mali, ce sont 277 enfants qui ont été tués ou mutilés au cours des neuf premiers mois de 2019. Et, près de 5 millions d'enfants au Burkina Faso, au Mali et au Niger auront besoin d'une aide humanitaire au cours de l'année 2020, révèle, mardi, 28 janvier, un document publié par l'UNICEF (Agence des Nations-Unies pour l'enfance).

La ministre française des Armées, Florence Parly, se rendra au Sahel, dimanche, 19 janvier, accompagnée de trois de ses homologues européens, alors que Paris s'efforce d'attirer des partenaires pour contrer un djihadisme en pleine expansion dans la région.

« Nous allons passer à la vitesse supérieure » au Sahel, annonce le général, François Lecointre, chef d'état-major des armées françaises. Il faut admettre que la pression sur la Force Barkhane est au maximum dans le Sahel. Les résultats à la hauteur de la réputation de l'armée française ne sont pas au rendez-vous. Loin de là. Au contraire et pire même, cette dernière est accusée, fortement, de favoriser l'ennemi djihadiste. En lui filant, parfois, des renseignements sur les positions des armées régulières. Il faut donc dire que la France et son armée sont acculées de partout. Dans le Sahel, les populations demandent même le retrait de celle-ci, sans qu'elles ne proposent une alternative crédible à Barkhane. La « convocation » des présidents membres du G5 Sahel par Emmanuel Macron semble être comme l'histoire de l'arroseur arrosé. Convoqués pour donner des comptes, les chefs d'Etat africains concernés entendent, eux aussi, demander des comptes à leur homologue français. La relation n'est plus bonne, même en apparence, entre les deux parties. Que de battre en retraite, la France préfère annoncer qu'elle va faire monter son armée en régime. Question de ne pas perdre la face en Afrique. Question, aussi, de faire taire les critiques ? Dans tous les cas, la Force Barkhane est, désormais, sous surveillance. Par les peuples du Sahel. Cela dit, le général Lecointre a dit une vérité biblique : si les politiques ne prennent pas le relais avec des actions civiles d'éclat sur le plan du développement, l'action militaire à elle seule, ne peut suffire. La balle, à ce niveau, est dans le camp des présidents de la sous-région, élus pour développer leurs pays.

Emmanuel Macron invite les 5 présidents des pays du Sahel en France le 16 décembre. Pour la énième fois, Idriss Déby Itno du Tchad, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed El-Ghazouani de Mauritanie, Mahamadou Issoufou du Niger, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso et Ibrahim Boubacar Keïta du Mali, vont rencontrer leur homologue français pour parler du G5 Sahel dont la force peine à fonctionner réellement. A qui la faute ? Aux cinq présidents africains, qui ont tort d'attendre le soutien étranger, et notamment, de la France, pour combattre le terrorisme chez eux. C'est aussi la faute de la France, qui, de son côté, compte, maintenant, sur l'OTAN et sur certains alliés européens pour redéfinir une autre stratégie dans le Sahel, ce qui n'était pas le cas au départ. Les djihadistes en rigolent car on sent une certaine confusion dans la façon de combattre le djihadisme. Si on faisait la comptabilité des morts, ceux du camp du G5 Sahel et français, sont nettement supérieurs aux morts de tous les groupes djihadistes du Sahel réunis. Une situation qui expliquerait que le jeune président sollicite, désormais, le soutien de l'OTAN. Ouvertement. L'armée française n'en pouvant plus toute seule.

Emmanuel Macron recevait, à l'Elysée, ce jeudi, 28 novembre 2019, le secrétaire général de l'OTAN ( Organisation du traité Atlantique Nord), Jens Stoltenberg. Le président de la République avait estimé, récemment, que l'OTAN était en « état de mort cérébrale ». La rencontre était l'occasion de passer en revue plusieurs questions stratégiques : l'action au Sahel, les relations avec la Russie, les forces nucléaires... et la 5G. Cela tombe bien que Macron lui parle du Sahel car pour faire tomber Kadhafi, en 2011, et détruire la Libye, ce qui a permis que les dizaines de milliers de djihadistes confinés de force en Libye se retrouvent dans le Sahel avec toutes sortes d'armes, la France n'était pas seule. Elle fut, étroitement, aidée par l'OTAN. Maintenant que la guerre contre le djihadisme dans le Sahel dépasse la seule armée française, il est très logique que le président français aille chercher du renfort du côté de l'OTAN.

Environ, deux mille militaires des forces armées de 33 pays d'Afrique, d'Europe et d'Amérique, ont entamé, lundi, 18 février, à Kamboinssin, près de Ouagadougou, des manœuvres visant à renforcer leurs capacités opérationnelles dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

L'Etat islamique (EI ou Daesh) s'affaiblit, partout, dans le monde : en Syrie, il a été chassé d'Alep, sa principale base de lutte ; en Irak, il est pourchassé jusqu'à ses moindres retranchements. En Libye où il avait tendance à se regrouper comme base arrière, il vient d'être délogé. De son côté, son démembrement en Afrique de l'Ouest et du Centre, Boko Haram, connaît déculottée sur déculottée. Son affaiblissement a encouragé le Nigeria, le Cameroun et le Tchad, à rouvrir leurs frontières qui avaient été fermées du fait de ses attentats et tueries passés.