Politique

La Corée du Nord serait prête à la confrontation avec les Etats-Unis. Voilà ce qui ressort de la réaction du chef de la diplomatie nord-coréenne, Ri Yong-ho, après les propos jugés belliqueux prononcés par son homologue américain, Mike Pompeo, dans le cadre de la recherche de solutions à la crise entre les Etats-Unis et la Corée du Nord.

Après des mois d'accusations mutuelles, les présidents rwandais, Paul Kagame, et ougandais, Yoweri Museveni, ont signé un mémorandum d'accord, mercredi, 21 août, en Angola, grâce à la facilitation du président, Joao Lourenço. Anciens alliés ayant permis l'éviction du pouvoir rdcongolais du maréchal, Mobutu Sese Seko, au grand bénéfice du Mzee, Laurent Désiré Kabila (père de Joseph Kabila), Paul Kagame et Yoweri Museveni ont-ils, réellement, enterré la hache de guerre quand on sait que les deux chefs d'Etat ne savent entendre que le langage des rapports de force ?

Une ressortissante gabonaise de 49 ans a été découverte à son domicile de Pessan (Gers) tuée d'une balle au côté du cadavre de son époux octogénaire dans ce qui apparaît comme un «féminicide suivi d'un suicide», a indiqué, mercredi, 21 août, le parquet d'Auch.

Pour l'opposition, Roch Marc Christian Kaboré a bel et bien échoué. Cela dit, elle ne demandera pas sa démission car elle est une opposition républicaine, mais, elle exige celle du gouvernement Dabiré : 24 soldats tués, 7 blessés et 5 disparus, voilà le bilan (pour le moment) de l'attaque, qui a frappé une base militaire dans le Nord du Burkina Faso, lundi, 19 août. La plus meurtrière jamais subie par l'armée burkinabè dans sa confrontation avec les groupes djihadistes depuis 2015. Conséquence, l'opposition réclame - carrément - la démission du gouvernement.

C'est un sujet qui va nourrir les débats dans les chaumières pendant de longues semaines : le leader des séparatistes anglophones au Cameroun, Sisiku Ayuk Tabe, et neuf de ses partisans, ont été condamnés, ce mardi, 20 août, à 5h38 du matin, au terme d'un procès marathon de plus de seize heures, à la prison à vie, par le tribunal militaire de Yaoundé. Les condamnés auront à payer la somme de plus de 250 milliards de F CFA, soit plus de 380 millions d'euros, de dommages à l'Etat du Cameroun, et plus de 13 milliards de F CFA d'intérêts. Présidé par le juge, Jacques Misse Njone, le tribunal les reconnaît coupables de dix chefs d’accusation : « apologie des actes de terrorisme, sécession, complicité d’actes de terrorisme, financement des actes de terrorisme, révolution, insurrection, hostilité contre la patrie, propagation de fausses nouvelles, atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, défaut de carte nationale d’identité ». Les condamnés vont, certainement, faire appel, selon leurs avocats.

A un an et demi de la prochaine élection présidentielle, le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, présente un bilan avec des hauts et des bas. S'il n'est pas encore temps d'en faire un, plus exhaustif, on peut tout de même rapidement dire qu'il a réussi à apaiser le pays qui ne recourt plus à des manifestations monstres pour montrer ses multiples désaccords avec le pouvoir comme au temps de Blaise Compaoré. D'autre part, le Burkina Faso est redevenu ce pays « des hommes intègres » qu'il était sous Thomas Sankara, le nouveau pouvoir faisant très attention à la gestion des biens publics. Cela dit, il y a un domaine où il est en train d'échouer : celui de la défense et de la sécurité. Un domaine dans lequel son prédécesseur excellait en savoir-faire. Après trois ans et demi de pouvoir, Roch Marc Christian n'a pas réussi à bâtir une armée capable de défendre les frontières du Burkina Faso contre les nombreuses incursions des djihadistes à défaut de leur offrir le gîte et le couvert pour avoir la paix comme Blaise Compaoré. Un problème de volonté politique car la Mauritanie voisine qui n'est pas plus riche que le Burkina Faso a instauré, elle, une politique qui l'a mise à l'abri des attaques terroristes, ce qui n'est pas le cas du Faso. Au Mali et au Burkina Faso, les dirigeants préfèrent appeler de leurs vœux la montée en force de la Force G5 Sahel que les Occidentaux refusent de financer. La sécurité des Burkinabé est une affaire du président du Faso et non celle de la communauté internationale. Si Roch Marc Christian est incompétent pour assurer cette sécurité à ses compatriotes, il pourrait être sanctionné lors de la prochaine présidentielle car les attaques djihadistes sont le gros point faible de son bilan à la tête de l'Etat.

Le policier accusé d'avoir asphyxié Eric Garner, mort après une interpellation musclée en 2014, à New York, dans une affaire qui avait scandalisé le mouvement #BlackLivesMatter, a été licencié, a annoncé, lundi, 19 août, le chef de la police new-yorkaise.

Le modèle de résolution de la crise soudanaise va-t-il faire école ? Le Front des forces socialistes (FFS) algérien, doyen des partis d'opposition, a appelé, lundi, 19 août, les autorités et l'armée algériennes à s'inspirer de l'exemple soudanais et ouvrir des négociations sur une «transition démocratique» pour résoudre la crise politique en Algérie. Prise un peu de court par cette demande, l'armée, principale concernée dans la mesure où c'est elle qui tient réellement les rênes du pays, n'a pas, encore, réagi, pas plus que le président par intérim.

Idriss Déby Itno, comme disent les Bantou, est né avant la honte. Après avoir, longtemps, joué au pyromane, il joue, aujourd'hui, au sapeur pompier, maintenant que le pays brûle à l'Est. En effet, il a déclaré, dimanche, 18 août, l'état d'urgence dans deux provinces de l'Est du pays et réclamé le désarmement des civils après des affrontements meurtriers entre communautés, qui ont fait des dizaines de morts ce mois août. Pourtant, il est accusé d'être le principal responsable de cette situation.

L'opposition avait invité les Gabonais et les Gabonaises à être très attentifs aux faits et gestes de leur président convalescent, qui allait présider le 59e anniversaire de l'indépendance. Toujours affecté par les séquelles d'un AVC survenu en octobre 2018, alors qu'il était en Sommet en Arabie Saoudite, le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, a, fortement, limité ses sorties publiques depuis son retour, fin mars, au pays. La fête du 17 août à laquelle il était tenu de présider donnait l'occasion à l'opposition de montrer l'incapacité du président à diriger le pays : « On allait voir ce qu'on allait voir », clamait-elle. Effectivement, les Gabonais et les Gabonaises ont vu ce qu'ils devaient voir, à savoir, un président de la République apte à assurer les hautes charges de l'Etat.

Le procès de l’ex-chef d’Etat, Omar el-Bechir, accusé de corruption s’ouvre, au Soudan, samedi, 17 août, alors que le Conseil militaire et les chefs de file de la contestation sont parvenus à un accord historique qui doit être rendu public ce même jour. Une journée pleine de symbole, donc, pour les Soudanais qui, au moment, où démarre ce jugement (synonyme de la volonté de commencer le calcul du solde du bilan de leur ancien président), les dirigeants de la contestation et l'armée annoncent avoir trouvé les personnes qui vont gérer la transition avant les élections générales prévues dans trois ans.

Le jeune président français est passé maître dans l'organisation des petits événements dans les grands. Le 11 juillet, il a, officiellement, invité le président du Ghana, Nana Akufo Addo, pour parler coopération bilatérale entre les deux pays, mais, surtout, pour dialoguer en direct avec la diaspora africaine et des ultra-marins. Mais, au fond, le déjeuner en tête à tête qu'il avait organisé en son honneur, devait permettre aux deux hommes d'Etat de parler de la création de la monnaie ECO en remplacement du F CFA, en zone CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale). Le président du Ghana et son homologue du Niger, Mahamadou Issoufou, sont les deux chefs d'Etat mandatés par la CEDEAO pour mener ce processus de la mise en place de l'ECO, à terme, courant 2020. Cette invitation de Nana Akufo Addo, à l'Elysée, avait été précédée de quelques jours, par un passage du président ivoirien, Alassane Ouattara.
Ce jeudi, 15 août, un autre tête à tête entre Alassane Ouattara et Emmanuel Macron leur permettra de remettre ce sujet sur la table, le président ivoirien, grand fervent du maintien du F CFA, « une excellente monnaie (selon lui) qui donne entièrement satisfaction à nos économies », n'ayant pas abdiqué malgré la décision des chefs d'Etat de la CEDEAO réunis, le 29 juin, à Abuja, au Nigeria, de lancer la monnaie de la CEDEAO (l'ECO) en 2020.

Qu'on ne compte pas sur Nicolas Tiangaye pour enrober ses phrases afin qu'elles fassent moins mal à Faustin Archange Touadéra, le président de la République. C'est clair que l'ancien premier ministre et célèbre avocat de profession, Nicolas Tiangaye, est en colère. De l'immobilisme de Touadéra. De la démagogie de Touadéra. De l'inconstance de Touadéra. De la navigation à vue de la politique de Touadéra. Des mensonges de Touadéra, etc. Là où les autres ténors de l'opposition préfèrent rester sans voix, lui, l'ancien premier ministre de 2013 à 2014 après avoir présidé pendant 13 ans la célèbre Ligue centrafricaine des droits de l'homme, met les pieds dans le plat, se faisant applaudir dans Bangui (jusqu'au kilomètre 5) et dans l'intérieur du pays. Car on dirait que le gouvernement a cessé depuis début 2019 de travailler pour le bien-être de tous les Centrafricains, et ne prépare que la réélection du président, Faustin Archange Touadéra. La colère de Me Nicolas Tiangaye réveillera-t-elle tous ceux qui dorment, aujourd'hui, dans l'opposition comme si le pouvoir leur administrait, chaque matin, une bonne dose de camomille pour les rendre, totalement, amorphes, passifs et inoffensifs, tout le long de la journée ?

La justice gabonaise va examiner, le 26 août 2019, en appel, la demande déposée par une dizaine d'opposants d'une expertise médicale du président, Ali Bongo Ondimba, pour estimer s'il est apte ou non à exercer ses fonctions de président de la République chef de l'Etat. Après avoir été victime, il y a 10 mois d'un AVC, en Arabie Saoudite, il a repris ses activités à la tête de l'Etat, mais, pas au rythme qui était le sien avant la survenue de la maladie, d'où la raison de la polémique qui a, progressivement, été amplifiée au fur et à mesure que des chefs d'Etat étrangers, venaient lui rendre visite, mais, sortaient, seuls, sans lui, pour rencontrer la presse, une fois le tête à tête terminé. Pour les partisans du chef de l'Etat, l'opposition qui n'a pu accéder au pouvoir par la voie des urnes, tente d'utiliser la voie judiciaire, à défaut de celle des armes : un coup d'état manqué avait failli changer le cours de l'histoire du Gabon le 7 janvier 2019 alors que le président suivait sa convalescence au Maroc.

Alors que la République démocratique du Congo (RDC) attend le premier gouvernement de l'ère Félix-Antoine Tshisekedi, depuis sept mois qu'il a pris ses fonctions, à la tête de l'Etat, une ONG américaine dénonce les pratiques de détentions illégales qui semblent se perpétuer sous le nouveau pouvoir. C'est comme si, dans ce domaine, la RDC n'avait pas changé de cap.

Intervenant ce samedi, 10 août 2019, sur les ondes de Mosaïque Fm, le vice-président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), Farouk Bouasker, a affirmé, que 60 dossiers de candidatures au scrutin présidentiel ont été rejetés, indiquant que les deux tiers des candidats ont, déjà, quitté la course à l’élection présidentielle anticipée parce qu’ils n’ont pas eu le nombre de parrainages nécessaires ou n'ont pas déposé la caution.

Le poste laissé par l'ancien président, Béji Caïd Essebsi, connaît un grand succès au regard du nombre de prétendants à sa succession. 98 dossiers de candidatures ont été déposés auprès de l'Instance chargée des élections (ISIE), ce qui est un record en Afrique. Le premier tour du scrutin aura lieu en date du 15 septembre prochain.

ll y a le pardon inconditionnel qui consiste, pour la victime, à laisser tomber une offense ou une faute sans poser de conditions, sans attendre que telle ou telle exigence ait été honorée au préalable. Ce type de pardon, les croyants le qualifient de divin, parce que, selon eux, seul Dieu est en mesure de l’accorder, lui qui est comparable au père qui fait tuer le veau gras pour le retour de l’enfant qui était parti avant que ce dernier ne fasse son mea culpa (Luc 15, 23-24).

Les Librevillois sont en danger, les ordures ménagères s'accumulant sur les trottoirs depuis plusieurs jours à cause de la grève lancée par les sociétés chargées de les ramasser. Comme c'est souvent le cas, il s'agit d'une affaire où les uns et les autres se renvoient la balle, après que ces derniers aient consommé les surplus de ladite surfacturation. L'affaire est d'autant plus embarrassante qu'elle n'épargnerait pas certains anciens collaborateurs du Palais du Bord de Mer dont quelques-uns ne sont d'ailleurs plus au pays.

Fatou Bensouda en a-t-elle marre d'échouer à la CPI (Cour pénale internationale) ? Comme son prédécesseur, l'Argentin, Luis Moreno Ocampo, elle va prendre la poudre d'escampette, en 2021, pour rejoindre soit sa Gambie natale, soit, une autre instance internationale, pour récompense des services rendus. En fait, chaque chose ayant une fin, elle doit quitter la CPI pour faire autre chose et laisser la place à quelqu'un d'autre. S'il est, encore, trop tôt pour faire son bilan à la CPI, on peut, tout de même, d'ores et déjà, affirmer son acharnement sur les seuls dossiers africains alors que dans d'autres régions du monde, elle aurait pu, aussi, s'intéresser à des criminels tout aussi importants, ce qu'elle n'a jamais fait.