Centrafrique

Faustin Archange Touadéra conforterait son avance sur son rival, Anicet Georges Dologuélé, et pourrait, largement, gagner ce deuxième tour, si son équipe de campagne ne baisse pas la garde.

Si les quatre autres pays, à savoir, le Nigeria, le Tchad, le Bénin et le Niger, infligeaient, aussi, de leur côté, les énormes pertes que l'armée camerounaise fait subir à la nébuleuse, Boko Haram, depuis quelques mois, on aurait, déjà, conjugué cette secte au passé composé.

Actuellement, ministre chef de cabinet de la présidente de la République, pour quelques semaines, encore, Christelle Sappot va, bientôt, rejoindre la Guinée équatoriale où elle vient d'être nommée ambassadeur avec résidence à Malabo. Beaucoup de travail l'attend.

C'est un homme modeste, humble, mais, solide et bien préparé pour assurer la haute charge de l'Etat, que nous avons interviewé, afin qu'il partage avec vous, sa vision de la République centrafricaine de demain.

L'ONU a dénoncé vendredi un nouveau scandale d'abus sexuels perpétrés par des soldats étrangers en Centrafrique et a nommé, pour la première fois, cinq pays dont des Casques bleus ont commis d'autres abus dans ce pays.

Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra iront au deuxième tour de l'élection présidentielle prévu le 31 janvier prochain. A l'Autorité nationale des élections (ANE), Marie-Madeleine N'Kouet Hoornaert et ses collègues poussent un Ouf de soulagement car le scrutin s'est, plutôt, bien déroulé.

Le chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga, joue la transparence et l'efficacité, en déclarant, publiquement, avoir lancé une enquête sur de nouveaux viols de Centrafricaines. Il encourage, aussi, d'autres organisations, à en faire de même.

L'heure est au dépouillement des bulletins de vote en Centrafrique où le processus a théoriquement pris fin à 15hGMT, même si, dans certains lieux, il se poursuivait, encore, afin de permettre à tous les citoyens (qui le désiraient) d'accomplir leur devoir civique.

Parmi les trente candidats au premier tour de l'élection présidentielle du mercredi, 30 décembre, en Centrafrique, figurent trois personnalités de premier plan et trois fils d'anciens dirigeants centrafricains, aujourd'hui, décédés.

A la veille des élections en Centrafrique qui vont clôturer la transition, le pape, François, a adressé un message de prière et de réconfort au peuple centrafricain et à sa présidente.

Ce n'est plus dimanche, 27 décembre, que les candidats aux élections présidentielle et législatives, croiseront le fer, mais, mercredi, 30 décembre. Au quartier musulman du PK5, on répond « Inch'Allah » !

C'est une position qui va isoler encore plus, le général, Noureddine Adam, qui souhaite créer la République du Logone. Une des composantes de son mouvement refuse toute partition du pays. Voici du reste la position de son coordonnateur.

Le Centrafrique s'engage, enfin, vers la fin de la transition. Première étape de cette dernière ligne droite, l'organisation du référendum constitutionnel, dimanche, 13 décembre. Résultats provisoires, le 18 décembre.

François Bozizé Yangouvonda, candidat du parti Kwa Na Kwa (KNK), ancien président du Centrafrique de 2003 à 2013, n'a pas été admis à se présenter à la présidentielle du 27 décembre. Ainsi en avait décidé le Forum de Bangui de mai dernier.

Le pape François a quitté lundi, 30 novembre, Bangui, pour Rome, au terme d'une tournée africaine, qui l'a conduit, au Kenya, en Ouganda et en Centrafrique, dernière étape d'un périple que d'aucuns voulaient rayer de son agenda, mais qu'il a maintenue, par la grâce de Dieu. Et il a eu raison.

A la fin d'une tournée européenne qui l'a conduit, successivement, en Suisse, en Belgique et en France, le directeur de campagne du candidat, Martin Ziguélé, s'est confié à Afrique Education.com

Impulsé par Denis Sassou Nguesso, qui, finalement, s'est retrouvé, tout seul, à Libreville, avec Ali Bongo Ondimba, le Sommet de la CEEAC qui devait, normalement, réunir 11 chefs d'Etat, n'en a réuni que deux.

Le Très Saint-Père vient de confirmer qu'il sera bien à Bangui, les 29 et 30 novembre, pour rencontrer les Centrafricains et prier avec eux. Une excellente nouvelle qui donne beaucoup d'espoir à ce brave peuple qui souffre.

C'est un grand bol d'air frais qui va oxygéner les bronches des chrétiens centrafricains, et même, de l'Afrique centrale. Les Séléka souhaitent la bienvenue à l'évêque de Rome. Le fait n'étant pas anodin, nous vous proposons le texte de Moustapha Saboun, leur cordonnateur. Le Pape François à Bangui ? Même pas peur !

Le visite du pape en Afrique, surtout, son étape de Bangui, la plus crainte, s'annonce sous d'excellentes auspices. Grâce à la bénédiction de Dieu, tout est fait pour assurer un séjour inoubliable au Très Saint-Père dans le pays de Barthélémy Boganda.